La gestion de trésorerie
L’Alpha et l’Omega de l’entreprise

15
MAI 2017

La gestion de trésorerie

Comme le commandant de bord d’un Airbus qui a besoin d’une équipe pour analyser tous les paramètres de vol, le pilotage d’une grosse entreprise nécessite d’être entouré pour comprendre sa performance.

Mais qu’en est-il de la petite entreprise ? Comment remplacer la tour de contrôle, trop coûteuse pour cette structure ? 

La gestion de trésorerie, l’Alpha et l’Omega de l’entreprise 

La trésorerie. Et oui, la trésorerie est là où tout commence et où tout fini. La variation de trésorerie est un baromètre qu’il faut examiner très régulièrement pour déterminer le sens des affaires.

Tout d’abord, un bref rappel : La trésorerie représente la somme dont vous disposez sur vos comptes en banque ou l’ensemble des découverts.

La trésorerie est à la fois l’énergie de base pour l’entreprise (elle est utilisée pour faire fonctionner l’entreprise) et la résultante de l’activité. A travers ses variations, l’entrepreneur comprend son fonctionnement et est en mesure de mieux l’anticiper.

L’ anticipation est la clé de tout dans la vie de l’entreprise et plus que le montant instantané, c’est l’ anticipation de la trésorerie future qui vous évitera bon nombre de déboires.

CAS #1 : Analyse de la baisse de trésorerie

La baisse de trésorerie d’une entreprise ne peut provenir que de 3 principales raisons, qui sont indépendantes entre elles et cumulatives, et ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle !

  1. L’entreprise perd de l’argent. 

Le premier cas est le plus délicat. Vous n’avez pas investi ou trop peu. Votre activité est stable ou alors pas de surstock visible et pourtant votre trésorerie se dégrade régulièrement et durablement. Pour faire une analogie (un peu facile, il est vrai), vous surveillez votre alimentation, vous faites régulièrement du sport et pourtant vous êtes constamment fatigués. Une prise de sang révèle une carence en vitamine D. Dans le cas de votre entreprise, il peut s’agir d’une carence en marge. Vos coûts ont augmentés ou vous avez sacrifiés vos prix de vente face à la concurrence et donc vos marges mais petit à petit, les volumes ne compensent pas le manque de marge. Un examen de vos prix de revient s’impose.

  1. L’entreprise connait une croissance d’activité. 

Une hausse d’activité suppose parfois des achats de marchandises ou de matières premières plus importantes et donc de vos stocks. C’est souvent le cas dans les activités saisonnières. On achète avant la saison. Mais c’est aussi vrai pour un chantier important. Et souvent, il est impossible de demander un acompte au client donc c’est votre trésorerie qui « supporte » ce surstock. Et comme les clients paient rarement comptant, et bien la trésorerie se dégrade … 

  1. L’entreprise investit et n’emprunte pas auprès de sa banque.

Vous savez parfaitement si vous avez dû acheter une nouvelle machine ou un nouveau véhicule…Si c’est le cas, le montant est peut-être proche de la variation de votre trésorerie. C’est ce qui s’appelle l’autofinancement. Rien de grave juste un choix de gestion dont nous reparlerons dans un autre blog.

A SUIVRE : Quelles actions sont à mener en fonction des différents cas ?

Pascal Marchetti

Co-fondateur et Administrateur de Formee
Ancien Directeur Général de la Banque Populaire des Alpes

Inscrivez vous à notre Newsletter !

CATEGORIE 1

Article 1

CATEGORIE 2

Article 2

CATEGORIE 3
Article 3