Sélectionner une page

Comment réagir quand votre trésorerie baisse ?

31

MAI 2017

Gestion de trésorerie

Dans le précédent article, nous avons vu pourquoi la gestion financière est si importante et quelles sont les causes probables d’une baisse de trésorerie. Quelles actions sont à mener quand votre trésorerie baisse ?

La réponse, selon trois paramètres : l’investissement, l’activité et la variation de marge.

Cas 1 : Vous avez investi

 

C’est un cas classique, la baisse de trésorerie est soudaine. On l’observe généralement sur un mois, au moment de l’investissement.
Si l’investissement fait passer en dessous de la trésorerie de sécurité que je souhaite garder, alors la meilleure solution est d’emprunter. Avant de faire un gros investissement, il faut vérifier sa capacité d’emprunt ! Ce point fera l’objet d’un prochain article.

Souvent, un investissement précède une hausse d’activité, par exemple quand on s’équipe d’une nouvelle machine pour un nouveau marché. L’anticipation est la clé. En effet, au-delà de l’utilisation de la trésorerie pour l’investissement, celle-ci va être sollicitée par la hausse d’activité (hausse des stocks, délai clients etc…).

Il est préférable de mettre en place un financement pour l’investissement et un financement sur stock plutôt qu’un découvert. Idéalement, il faut négocier des acomptes auprès des clients et anticiper leurs délais de règlement.

Cas 2 : Vous n’avez pas investi

L’activité est en hausse

Généralement, la dégradation de la trésorerie dans ce cas s’observe sur une période de 3 à 6 mois. Les principaux points à surveiller sont :

  • les règlements des clients
  • Les stocks par rapport à la hausse d’activité anticipée

Les solutions sont :

  • Des acomptes clients si la hausse d’activité est significative (commande importante etc…)
  • Une mobilisation du poste client (escompte, affacturage…)
  • Un rallongement des crédits fournisseurs
  • Un financement sur stock  

Les marges baissent

La dégradation se fait lentement sur plusieurs trimestres et ne repose pas sur des actes unitaires identifiables, c’est pourquoi ce cas est difficile à diagnostiquer. Cette situation mérite souvent l’avis d’un expert (expert-comptable, réseau d’accompagnement, etc). En effet, il peut nécessiter un audit du fonctionnement de l’entreprise, et notamment de son cycle de production et de commercialisation.

Les actions à menées prioritairement sont de recalculer le point mort et négocier les prix d’achats.

L’activité est en hausse et les marges baissent

La course au chiffre d’affaire ne s’accompagne pas d’une maîtrise du prix d’achat et du prix de vente. On recherche de la part de marché et on vend moins cher. Cette stratégie peut être menée temporairement mais il faut veiller à garder une marge suffisante. Sinon, la trésorerie va baisser par les effets de la hausse d’activité (stock, délai clients) et va s’aggraver avec l’absence de marge. Cette situation mérite souvent un avis d’expert.

Et si ma trésorerie va bien ?

Parce que la trésorerie s’améliore, nous n’y prêtons pas la même attention. Néanmoins quelques facteurs sont à investiguer en cas de remontée de la trésorerie. Par exemple, un déstockage rapide se traduit par une amélioration de la trésorerie, mais ce déstockage est-il lié à une baisse d’activité annonciatrice de problème de rentabilité future ou le stock minimum pour fonctionner n’est plus atteint ?

Au final, la trésorerie reste l’indicateur de base du chef d’entreprise. Il est le vol des hirondelles annonciateur de l’orage. Cet indicateur n’est pas absolu. C’est-à-dire qu’il mérite une analyse parfois plus fine ou approfondie. Une observation régulière est indispensable et souvent suffisante pour déterminer si les voiles sont bien réglées.

Pascal Marchetti

Co-fondateur et Administrateur de Formee
Ancien Directeur Général de la Banque Populaire des Alpes

Inscrivez vous à notre Newsletter !


CATEGORIE 1

Article 1

CATEGORIE 2

Article 2

CATEGORIE 3

Article 3